menu

Les semelles orthopédiques 3D en traitement des scolioses

Publié le 5 avril 2019 | Divers

La scoliose se caractérise par une déviation permanente de la colonne vertébrale. En effet, les déformations commencent souvent à la puberté et se poursuivent après la fin de la croissance. Si on ne peut soigner une scoliose, on peut empêcher son évolution.

Scolioses et attitudes scoliotiques

X-Ray of Scoliosis

La scoliose se distingue de l’attitude scoliotique par une déformation tridimensionnelle de la colonne vertébrale. Quand le patient se penche en avant (test du plongeur) une gibbosité apparaît. Dans le cas d’une attitude scoliotique, il n’y a pas de rotation des vertèbres. Elle peut être due par exemple à des jambes de longueurs différentes et à un bassin déséquilibré.

La scoliose est souvent asymptomatique, non douloureuse, mais implique des soins de kinésithérapie, d’ostéopathie et d’orthopédie à vie. Une collaboration entre ces trois professionnels donne généralement de bons résultats. Les semelles orthopédiques participent alors à freiner l’avancement de la scoliose. Elles évitent aussi les compensations qui elles, peuvent provoquer des douleurs : lombalgies, cervicalgies, dorsalgie, etc. Il existe différents types de scolioses impliquant différents traitements posturaux. Il existe des scolioses thoraciques, lombaires et des doubles scolioses.

Paramétrer les semelles 3D en pensant posturologie

Pour paramétrer les semelles orthopédiques en impression 3D, il faut penser posturologie et action par pression, en recherche d’équilibre. Par exemple, l’épaisseur qu’on ajoute à l’avant projette le pied vers l’arrière, et inversement. En croisant, le paramètre appliqué sur le talon droite agit sur le côté gauche, et vice versa. Et on agit avec des éléments de 1 à 1,5 millimètres maximum.
Prenons l’exemple d’une scoliose dorsale. On applique un EMI de 1 mm du côté de la concavité dorsale (c’est à dire du côté du creux de la colonne). L’EMI peut être rond ou tourné un peu en dedans.
Sur la scoliose lombaire, même principe, on installera un élément postéro-interne (EPO) de 1 mm sous le pied du côté de la cavité lombaire.

Sur une double-scoliose, on applique des EMI de chaque côté. On agit ainsi sur le point central de rotation, à l’endroit de séparation entre la gibbosité dorsale et lombaire.

Exemple de réglages des semelles 3D pour les scolioses

Les praticiens posturologues exploitent les paramétrages ScientiFeet pour rigidifier une zone de la semelle 3D en jouant sur l’ouverture des alvéoles. On reproduit ainsi l’effet d’un ajout d’élément postural sur la semelle. Il n’y a donc pas de relief sur une semelle 3D mais un réglage de densité maximale pour effectuer un point de pression.
Lors de la cinétique de la semelle, un appui plus important se fait alors sous le pied à l’endroit précis. Cela apporte le même bénéfice qu’un élément postural mais sans avoir l’effet indésirable de relief. L’EMI est posé au milieu de la semelle, réglé à 7.

Dans le cas d’une double scoliose, on rempli les deux milieux de semelles (droite et gauche) à 7.

 

Merci à Lucile Gomez – Matton pour le partage de sa pratique sur les semelles en impression 3D. Lucile Gomez – Matton est podologue à Biarritz.